ACTUALITÉS

Mons : quelques lieux incontournables !
Le lundi 6 juillet 2020

La Grand-Place

Toute en pavés, ornée d’élégantes façades, la Grand-Place de Mons transporte dans le temps. Spacieuse, presque aérienne, elle figure parmi les plus belles places de Belgique et se révèle avant tout comme l’une des plus animées.

« Vivante », c’est le premier mot qui vient à l’esprit lorsque l’on pense à la Grand-Place de Mons. Sa convivialité et son dynamisme frappent quiconque n’a jamais mis les pieds dans la capitale hennuyère. Bordée de terrasses, de restaurants et de cafés, elle constitue le point névralgique de la cité. On s’y donne rendez-vous pour faire du shopping dans le quartier commerçant tout proche, pour partir à la découverte des plus beaux édifices montois dont elle est entourée ou tout simplement pour s’y poser et contempler. Installé confortablement en terrasse, on peut passer des heures à admirer les façades qui la composent. Tantôt colorées, tantôt plus pâles, gothiques, néoclassiques ou d’influence espagnole, ses façades historiques constituent un magnifique panorama architectural du Xve siècle à nos jours.

Au centre, à-même le pavé, l’anneau en pierre bleue symbolise les 19 communes de Mons. C’est aussi dans cette arène que ce déroule le mythique combat entre Saint-Georges et le Dragon chaque dimanche de la Trinité. Bien sûr, l’hôtel de ville retient l’attention de tous les amoureux d’architecture. . Et puis, il y a ce petit singe en façade qui adore qu’on lui caresse le crâne ! Est-ce l’œuvre d’un forgeron, une enseigne de taverne ? Bien malin celui qui peut prétendre savoir d’où il vient. Une caresse de la main gauche sur la tête délivrerait une année de bonheur. Ça vaut le coup d’essayer…

 A l’arrière de l’hôtel de ville, un passage voûté mène au jardin du Mayeur. Là, l’agitation urbaine laisse place à une quiétude rare. Le temps s’arrête pour laisser parler la nature. Dans un tout petit écrin, hêtre pourpre, tilleuls, marronnier ou encore paulownia étendent leurs branchages et laissent entrevoir quelques joyaux. Les toits du centre-ville se dessinent, le beffroi resplendit. C’est fou ce que cet îlot de paix peut transporter loin, très loin. Au cœur du jardin, la sculpture du Ropieur, œuvre de Léon Gobert, éclabousse gentiment les passants. Elle symbolise le « gamin » de Mons et l’inaltérable bonne humeur des Montois. Point de départ idéal d’une visite à Mons, le jardin du Mayeur résume à lui seul toutes les richesses et facettes de la cité.

L’Hôtel de ville.

De style gothique, l’Hôtel de Ville montois a été édifié entre 1458 et 1477. Il ne comprend qu’un seul étage et se distingue par un campanile ajouté en 1717-1718.

A l’intérieur, ses salles et salons valent le détour : la « Salle des Mariages » avec son plafond à l’Italienne (1682) ; la « Salle des Commissions » avec sa cheminée en marbre de Rance ; la « Salle des Sacquiaux » avec son âtre imposant du XVIe. Le « Salon des Portraits » et les « Grands Salons » sont également exceptionnels et remeublés d’époque. Dans l’autre aile, le Cabinet d’Apparat est l’une des parties les plus anciennes de l’édifice (XVe) mais sa décoration actuelle remonte à la fin du XIXe siècle.

Bon à savoir: le nom de « Salle des Sacquiaux » provient du patois local et signifie « petits sacs en peau ». A l’origine, cette salle servait de salle des gardes et on y plaçait les clés de la ville dans des sacs en peau… des sacquiaux!

La visite des Salons de l’Hôtel de Ville se fait uniquement sur réservation écrite au préalable et sous la houlette d’un guide officiel.

Le théâtre

Le théâtre royal de Mons fut inauguré le 18 octobre 1843. D’un style néo-classique, il fut construit selon les plans d’un architecte de la ville, Charles Sury (1814-1865).

La salle fut ensuite rénovée en 1948 et de 1997 à 2006 pour respecter les standards actuels.

Le Beffroi

Reconnu par l’UNESCO depuis 1999 dans le cadre des ‘Beffrois de Belgique et de France’, le beffroi de Mons constitue un témoignage architectural remarquable. Seul beffroi baroque de Belgique, il a été construit entre 1661 et 1672 par Louis Ledoux (architecte-sculpteur) et Anthony Vincent (architecte-arpenteur).  Symbole de la ville de Mons et point de repère important, l’édifice a été construit à la suite de l’effondrement de la « Tour à l’horloge » pour cause de vétusté qui l’avait précédée. Pour des raisons de protection civile notamment, les autorités furent contraintes de reconstruire une nouvelle tour qui prit le style de l’époque. Lever du soleil, ouverture des portes, couvre-feux, heure de travail et de repos, alertes incendies, par le biais du guetteur, le beffroi rythme alors la vie quotidienne.

Fabuleux écrin, il abrite en son sein un centre d’interprétation dédié à son histoire et à sa reconnaissance en tant que patrimoine UNESCO. Par le biais de son ascenseur panoramique, (re)découvrez le panorama via les Fenêtres du Temps, quatre écrans multimedia innovants.

Depuis 2014, le savoir-faire des carillonneurs a été reconnu par l’UNESCO en tant que Patrimoine immatériel de l’humanité. Découvrez toute l’année la magie des cloches et du carillon, par le biais d’une visite à 47m de haut, à hauteur de la cabine du carillonneur et des cloches (ouverture exceptionnelle de cet espace au moment des concerts.

Toute l’année, différentes animations sont organisées dans le jardin ou à l’intérieur du bâtiment : concerts de carillon le dimanche, nocturnes, visites guidées, banquets et concerts dans le jardin…

La collégiale Sainte Waudru : 7 raisons de la visiter

1. DES ÉMOTIONS

Franchissez le seuil de la collégiale et accédez à un autre monde : tout n’est qu’harmonie, élégance, équilibre et verticalité. Les structures d’une incroyable légèreté côtoient les limites de l’impossible. Les piliers sont si minces et si souples, les arcades si larges et les voûtes si aériennes que les mots voile, rideau et dentelles viennent spontanément à l’esprit.

2. LA COLLECTION UNIQUE DE VITRAUX ARMORIÉS

Les « verrières impériales », offertes par l’empereur Maximilien Ier constituent un ensemble exceptionnel de vitraux du XVIe siècle d’une grande homogénéité et parmi les plus anciens conservés en Belgique.

3. JACQUES DU BROEUCQ : LE MICHEL-ANGE DU NORD

Jacques Du Broeucq, « maître-artiste » de Charles-Quint était architecte, sculpteur et ingénieur de la Renaissance.

La collégiale a le privilège de conserver la plus grande partie de ce qui subsiste de son oeuvre. Laissez-vous surprendre par la légèreté et le caractère vivant qu’il donne à cette pierre tendre et si proche de la chair humaine qu’est l’albâtre. Vous serez bouleversés par l’expression de ses personnages, par la perception du mouvement et des formes des corps sous les étoffes.

4. UNE ÉGLISE DE FEMMES POUR DES FEMMES

La construction de la collégiale relève de la volonté des chanoinesses de Mons, ces dames de la haute noblesse européenne. Au XVe siècle, elles décident de faire de leur chapelle privée un monument somptueux à la mesure de leur richesse et de leur puissance.

5. LE CAR D’OR

La collégiale abrite également le Car d’Or, exemple rare de char de procession du 18e siècle qui promène encore chaque année la châsse de sainte Waudru lors de la “Procession du Car d’Or” l’une des plus belles processions du pays.

6. UNE SAINTE À INVOQUER

La collégiale est dédiée au culte de sainte Waudru, en l’honneur de cette femme qui vécut au 7e siècle, et fonda ici même un petit monastère qui passe pour être à l’origine de la ville de Mons. Waudru reste encore très invoquée par les Montois.

7. DES ORGUES EXCEPTIONNELLES

La collégiale renferme un joyau d’une grande valeur: des orgues de 1694 construites originellement pour l’abbaye de Cambron-Casteau (Pairi Daiza). Restaurées en 2018, venez les visiter en cliquant sur Billetterie ou les écouter lors des offices ou lors du célèbre festival Les Collégiades, chaque dimanche de juillet. C’est l’instrument le plus complet de Wallonie et le plus grand buffet de Belgique du XVIIe siècle.

Dans la même rubrique
Montigny-le-Tilleul
Montigny-le-Tilleul
Défi relevé pour Courcelles
Défi relevé pour Courcelles
Les lacs de l’Eau d’Heure
Les lacs de l’Eau d’Heure
Barbençon
Barbençon
Lobbes et son patrimoine historique
Lobbes et son patrimoine historique
Des caméras de surveillance pour lutter contre les dépôts sauvages
Seneffe Des caméras de surveillance pour lutter contre les dépôts sauvages