ACTUALITÉS

À l’occasion de la journée internationale de l’hygiène menstruelle
Le lundi 1 juin 2020

DéFI souhaite donc casser le tabou autour des règles et de l’hygiène menstruelle et faire en sorte que chaque femme en Belgique, qu’elle soit étudiante, sans domicile fixe, détenue, moins valide, travailleuse du sexe ou simplement précarisée, ne souffre pas de discriminations et puisse avoir un accès à des protections hygiéniques et à des installations sanitaires correctes.

La Province est sensible à ces tabous et des propositions sont portées par nos présidentes locales.

Gaëlle Hladki, sexologue, conseillère conjugale et présidente de DéFI Fleurus explique : « Les femmes sont souvent confrontées à des difficultés pratiques pour gérer leurs menstruations car celles-ci sont encore trop stigmatisées et entourées de silence et de tabous. Au-delà de l’aspect financier qui, pour certaines, les empêche parfois de se rendre au travail ou à l’école les jours de règles car elles ne disposent pas des protections adéquates, elles peuvent développer d’autres mécanismes pour gérer cette période mensuelle, comme l’utilisation improvisée de papier toilette ou de bouts de tissus. Il arrive également que, lors de leurs premières règles, elles cachent leurs petites culottes tachées de sang en les jetant à la poubelle ou en les cachant au fond d’un tiroir. De nombreuses femmes doivent aussi souvent changer leur manière de s’habiller en ne portant pas de vêtements de couleur claire et modifier leurs activités pour que personne ne remarque qu’elles sont réglées, ou encore comment elles se sentent gênées dans les magasins quand elles s’achètent des protections hygiéniques. Il faut donc, dès le plus jeune âge, démystifier les règles auprès des filles comme des garçons, notamment aussi pour résoudre le problème des stéréotypes et des tabous sociaux quant aux menstruations. »

A l’occasion de la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle, DéFI Charleroi soutien l’initiative de Gaëlle Hladki qui demande concrètement :

✅la mise en place d’une distribution de protections hygiéniques et l’amélioration des infrastructures sanitaires dans les établissements scolaires ;
✅d’améliorer l’accès aux protections hygiéniques dans les milieux les plus précarisés ainsi que dans les toilettes publiques ;
✅ d’informer et sensibiliser plus efficacement les femmes sur la composition des protections qui peuvent contenir des substances dangereuses et nocives ainsi que sur leur utilisation plus sûre ;
✅ de baisser significativement le prix des protections hygiéniques et rendre plus accessible les produits d’hygiène intime.

« Il faut, dès le plus jeune âge, démystifier les règles auprès des filles comme des garçons »

Dans la même rubrique
Mons : quelques lieux incontournables !
Mons : quelques lieux incontournables !
Des caméras de surveillance pour lutter contre les dépôts sauvages
Seneffe Des caméras de surveillance pour lutter contre les dépôts sauvages
Erquelinnes et ses villages en frontière française
Erquelinnes et ses villages en frontière française
En Belgique, 165 animaux de compagnie sont abandonnés chaque jour
Journée mondiale contre l'abandon des animaux de compagnie En Belgique, 165 animaux de compagnie sont abandonnés chaque jour
DéFI demande la réduction des intercommunales à une par province et par secteur
Wallonie picarde DéFI demande la réduction des intercommunales à une par province et par secteur
A la découverte de Courcelles et ses 4 villages verdoyants
A la découverte de Courcelles et ses 4 villages verdoyants